Je vais vous aider à mémoriser la palette aromatique des cépages!

0
4393

Savez-vous que le vin sollicite tous nos sens, sans exception? Et oui, nous avons, nous les femmes, ce merveilleux don du ciel de percevoir d’une manière très subtile les différentes odeurs qui accompagnent la vie du vin, alors ne nous en privons pas!

Le vin doit rester avant tout un plaisir simple. Pour l’ap­précier, commencez par définir ce qui vous plaît le plus dans ses arômes quand vous plongez votre nez dans le verre et qu’il exprime toute sa palette aromatique tout au long du repas.  N’est-il pas passionnant de le laisser « vivre sa vie » dans votre verre et sentir comme il évolue?

Il faut apprendre à distinguer deux types de sen­teurs: les arômes primaires, qui sont issus du cépage et qui permettent d’identifier la variété du raisin, et les arômes secondaires, issus de la fermentation, de l’al­cool, des tanins et des levures.

Connaître les cépages, c’est déjà avoir une idée du goût du vin que l’on va boire.

On distingue plusieurs cépages dits « aromatiques »; ce sont des cépages que l’on identifie facilement et qui sont aussi les plus connus. Vous les reconnaîtrez  très vite s’ils séduisent vos papilles gustatives.

Les MUSCATS en sont l’exemple type. Même au terme de leur vinification, on garde encore longtemps en bouche cette délicieuse impression de croquer un grain de raisin muscat. Le parfum, la douceur et l’onctuosité qu’ils nous offrent sont irrésistibles.

Le  GAMAY peut être identifié sans problème par son caractère « facile à boire » et son bouquet très fruité, qui a le goût du vin nouveau. Très précoce, c’est le cépage traditionnel des primeurs du Beaujolais, du Val de Loire et du Lyonnais ; on le trouve également en Auvergne, en Savoie mais aussi en Afrique du Sud,  Australie, Argentine, Californie, Chili, ainsi qu’en Suisse.

Le GEWURTRAMINER  avec sa richesse aromatique, sa générosité, son gras, symbolise l’Alsace, (mais il est aussi présent au sud du Chili et en Nouvelle-Zélande) il offre des notes de Litchis, roses, peau d’agrumes, gardenias, fleurs d’acacia, épices, pêche jaune, pain d’épices, cannelle.

le RIESLING lui,  donne un vin frais et nerveux dont les arômes varient suivant les sols et la nature. Il peut être fruité avec des notes de miel ou bien, au contraire, minéral avec des arômes de pétrole.

Le SAUVIGNON , que l’on a l’habitude de retrouver dans le Sancerre et les Graves, et pratiquement toutes les régions viticoles du monde nous laisse en mémoire cette palette chatoyante de genêt, de sureau, d’iris et de feuilles de cassis, allant jusqu’à exprimer pour cer­tains graves un fruité dominé par la pêche et l’abricot. Lorsque dans le Sauternais on le marie à la MUSCADELLE et au SEMILLON associé à la pourriture noble, il donne cette puissance liquoreuse qui sait charmer nos papilles lorsque nous dégustons un Sauternes.

Le CABERNET-SAUVIGNON est sans aucun doute le cépage que le palais associe le plus au Bordelais. Si ses arômes primaires peuvent être très différents selon le lieu géographique de culture, le climat, le terroir et sa maturité, il donne naissance à de grands vins de garde (Médoc) grâce à sa richesse en tanins et à sa structure. Dominé par le cassis, la framboise, le bois de cèdre et le poivre noir, il marque le vin de notes végétales caracté­ristiques de poivron vert.

Le PINOT NOIR, autre cépage qui enchante nos papilles, séduit dès sa jeunesse par sa délicatesse et ses notes de fruits rouges, griotte, fraise et cassis. En revanche, un pinot noir d’Alsace, qui présente une structure légère avec peu de matière, ne peut absolument pas se compa­rer au pinot noir de certains bourgognes, ou californiens dominés par la puissance tannique ou, pour d’autres, par la souplesse et l’expression du fondu harmonieux, comme dans un Chambolle-Musigny qui véhicule une image de féminité.

Le MERLOT donne des vins puissants et colorés, très appréciés pour leur souplesse. Il offre une palette aroma­tique remarquable de pruneau, de sous-bois, de truffe, ainsi que de venaison et de cuir. Ce cépage domine à Pomerol, c’est pour cela que nous aimons tant son vin. Il est aussi très utilisé à Saint-Émilion et dans le Bordelais en général, mais on le retrouve en  Californie et partout dans le monde.

La SYRAH , cultivée sous le soleil brûlant du Languedoc, a un nez marqué par les fruits noirs très mûrs (mûre) et une puissance épicée (poivre), un soupçon de garrigue, une générosité en bouche, alors qu’un cornas dévoilera subtilement des notes de violette avant de laisser s’expri­mer les arômes de myrtille et de cassis, le tout dans une harmonie de matière dense et concentrée. C’est dans la vallée du Rhône que le cépage noble de Syrah est le plus implanté en France et exprime toute sa complexité, à travers le majestueux Hermitage, l’élégant Côte-Rôtie, les Saint­-Joseph et Condrieu.

Si le GRENACHE NOIR séduit nos nez avec exubérance, c’est que l’on peut le comparer à une corbeille de fruits très mûrs. Prenons un Châteauneuf-du-Pape: la pre­mière impression est souvent dominée par la présence de l’alcool, mais nos nez féminins ne s’y trompent pas, la complexité aromatique dévoile des notes animales, des épices, des fruits (pruneau, cerise, fraise). Ces vins se dégustent à température un peu élevée. Le Grenache se retrouve essentiellement dans les vignobles du Sud, où il exhale des arômes d’une belle richesse et de la puissance mis en valeur par les terroirs et le climat. Il peut donner des vins rouges très fins sur des sols arides. Il est également la base des vins rosés de Lirac et Tavel dans la Vallée-du-Rhône.

le MALBEC est un cépage précoce qui donne des vins colorés, tanniques, puissants, charpentés, aptes au vieillissement. Il offre des arômes épicés, de figues, de cerises noires, de groseilles noires et prune avec des arômes de gibier à Cahors, un peu rustique, il est corsé pour le vin rouge. Le jus est doux et bas en acidité. Les vinifications en rosé donnent également de bons résultats.
A Cahors, il prend le nom d´Auxerrois et à Bordeaux de Malbec. Il est aujourd´hui très planté en Argentine, où son état de maturité permet de produire des vins à grand potentiel.

Le cépage CABERNET-FRANC ou « Cab Franc » pour les américains, est présent dans la Loire, les Bourgueil, Saint-Nicolas-de-Bourgueil et Chinon, vins fruités développant des arômes flatteurs de fruits frais, de framboise, de cassis, peu colorés et avec une matière ronde. Ces vins peuvent être bus jeunes. Le Cabernet Franc est aussi un des principaux cépages du Bordelais associé au Cabernet-Sauvignon et au merlot.

Le CHARDONNAY, originaire de Bourgogne et répandu aujourd’hui dans le monde entier, donne naissance à des vins extraordinaires, selon l’emplacement du vignoble. Les plus connus sont les Meursault, Corton­-Charlemagne, Puligny-Montrachet et Chablis. L’ampleur aromatique est grandiose, on y décèle de la pomme mûre, de l’acacia, de l’amande, de la noisette. Il est souvent caractérisé par des notes beurrées ou briochées, de l’infusion de tilleul et une pointe grillée. C’est aussi le cépage du champagne de qualité.

Le VIOGNIER, il donne des arômes complexes le plus souvent de poires william, de pêche jaune, d’abricot, de coing, de violette, d’iris, d’acacia, mais aussi de musc, de noisettes grillées et de miel.

Maintenant que vous connaissez tous les arômes des vins,  découvrez, dès que vous en avez l’occasion, des vins des diverses appellations, lisez les contre-étiquettes pour avoir toutes les infos sur les cépages. Ne vous arrêtez pas à une seule région, un seul vigneron ou bien à certains cépages ou assemblages. C’est uniquement de cette manière que l’on « se forme » le palais.

(Visuel © Knut Wiarda – Fotolia.com)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here