vins portugais: leurs cépages sont un patrimoine

0
1303

lancement-apcig-idmediacannes-corrigeeMa première expérience de journaliste au Portugal sera marquée par les confinements et déconfinements, désormais la liberté rime avec curiosité, alors j’ai accepté une dégustation professionnelle à Lisbonne, en tout petit comité, lorsque nous étions encore limités. J’ai découvert des vins expressifs, concentrés, souvent puissants, avec des taux d’alcool élevés pour certains, d’autres aux tanins enrobés. Je ne vous cache pas que mon palais et mes papilles furent un peu déroutés au début de mon arrivée au Portugal par des vins aux arômes que j’ai eu du mal à identifier, cette dégustation tombait à pic pour en savoir plus sur les assemblages de ces cépages locaux dont les vignerons sont si fiers.

On compte près de 88 cépages dans ce pays, où la vigne occupe une grande partie. Les plus connus sont Touriga National, Touriga Franca, Tinta Roriz, Alfrocheiro, Trincadeira, l’Alicante Bouschet,  Castelao et l’Aragonês ces noms pour les cépages rouges ne vous disent certainement rien, ce qui était le cas pour moi aussi, au début. Ici les vignerons ne se sont pas laissés influencer par la tendance mondiale qui a uniformisé les goûts. J’ai eu seulement trois fois l’occasion de déguster des assemblages avec de la Syrah, c’était exceptionnel, alors j’ai cherché des repères sur les contre-étiquettes cherchant du Cabernet Sauvignon, du Pinot ou du Merlot, mais à part de très rares exceptions les vignerons sont attachés à leurs cépages autochtones, les portugais aiment leur typicité.
Depuis quelques années, nombreux d’entre eux ont modernisé leurs méthodes de vinification et produisent des vins dont la qualité ne cesse de s’améliorer. Autrefois très puissant, les vins rouges du Portugal offrent désormais de plus en plus de fraîcheur, de rondeur, de souplesse et comme partout dans le monde les vignerons se sont libérés de la notation du Guide Parker et se convertissent au bio et à la biodynamie.

photo-degustation-chef-et-attache-de-presseInvitée par un célèbre attaché de presse à ma première dégustation de vins en harmonie avec les produits du terroir local de l’Alentejo, j’ai apprécié les alliances de saveurs du menu proposé par le chef Joao de Oliveira (www.joao-de-oliveira.pt) ainsi que la rencontre avec les vignerons et quelques confrères journalistes.

photo-degustation-chef-decoupe

photo-super-reserva-joaquim-arnaudA l’apéritif, découverte d’un effervescent, le « Super Réserva » de Joaquim Arnaud, un Brut Nature Branco 2015 une appellation DOC Espumante de Qualidade de Vinho Verde. (seulement 2000 bouteilles numérotées) Issu des cépages Alvarinho et Trajadura, vinifié en méthode classique. De fines bulles, une mousse discrète, un bel équilibre, avec finesse et onctuosité en bouche, des notes beurrées, briochées, des fruits frais, le nez révèle les agrumes et un soupçon de noisette. En finale, une pointe de minéralité. Vendu entre 19 et 20 e chez les cavistes.

photo-degustation-recette-poulpe-bleuGrosse déception lors de la dégustation d’un rosé, sans structure ni arômes, sans intérêt ! les portugais ne savent pas faire du rosé, à part une exception à peu près correcte : la Herdade de Comporta. En revanche le plat que le chef avait cuisiné était surprenant, fondant et délicieux. Du poulpe, à l’incroyable couleur car cuisiné avec une sauce au Curaçao bleu.

photo-degustationL’entrée nous a permis d’associer un vin blanc 2019 de la Péninsule de Sétubal, celui de la famille Horacio Simoes le vignoble est situé dans le Parc Naturel de Arrabida à 400 m d’Altitude, une cuvée Tradiçao Branco. Très aromatique, on a l’impression de plonger son nez dans une corbeille de fruits, une belle longueur en bouche et de la fraîcheur.

photo-degustation-recette-agneauLe chef avait choisi de l’associer à une côte d’agneau accompagné de petits légumes et de châtaignes confites, dont la saveur dominait en bouche.

photo-degustation-arundelAvec la cuvée « Arundel Tradition » rouge 2015 de Joaquim Arnaud de la région de l’Alentejo, j’ai apprécié la générosité des vins portugais bien vinifiés, puissants mais complexes et ronds.  Issu des cépages Aragonês, Alicante Bouschet, avec peu de Trincadeira et un peu de Syrah, cette cuvée s’ouvre sur un nez très aromatique, des arômes de framboise et cerise, un soupçon de fruits confits, de sous-bois, une bouche généreuse avec des tanins soyeux, fins, le bois est présent mais enrobé, une finale persistante qui tapisse le palais.

photo-horacio-simoes-tradicio-2017Ce même vigneron du vignoble  Horacio Simoès a souhaité nous faire découvrir une cuvée plutôt spéciale, son « Tradiciao » 2017 de la Quinta do Anjo, un foulage au pied, un vieillissement en barriques apporte à ce vin du caractère, un vin viril, rustique, dominé par les petits fruits rouges au nez et la puissance en bouche avec l’originalité du terroir de la Péninsule de Sétubal et de ses cépages. Un vin qui s’appréciera en hiver sur des plats en sauce ou du gibier.

photo-degustation-chef

photo-degustation-xistos-da-carvalhaUne autre découverte, un vin rouge cuvée Xistos DA de la Casa de Carvalha 2015 de l’appelation DAO. Des arômes de garrigue, de sous-bois, de fruits des bois, je l’ai gouté en l’associant aux châtaignes confites qui restaient dans mon assiette, c’était intéressant. Enfin, le moment d’émotion a enchanté mes papilles avec le dessert à base de chocolat, de framboises et de mures, le mariage était parfait.

photo-degustation-muscat-de-setubalEnfin pour clôturer cette dégustation, un Muscatel Roxo de Setubal 2013 de la famille Horacio Simoes, un dessert à lui tout seul ! toute l’expression du muscat, avec des notes d’orange, de miel, de figues et d’abricot, plus un vieillissement en barriques françaises qui apporte de la structure, un vin subtil, moelleux, sans lourdeur.

En fin de journée, j’avais beaucoup appris sur les cépages locaux, j’ai encore du mal à retenir leurs noms et comme partout ailleurs dans le monde, j’ai partagé avec les vignerons la passion qui les anime pour leur métier, leurs terroirs et l’amour de leurs vins. Maintenant que nous sommes libres de voyager je vais enfin pouvoir aller sur le terrain.

peninsule-de-setubal-route-des-vins

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here