Les crus du Beaujolais s’invitent sur les plats d’hiver

0
4025

Si je vous dis Morgon, Régnié, Chiroubles, Chenas, Brouilly etc… vous connaissez bien sûr  mais vous avez du mal à les situer, pourtant ce sont des « crus » du Beaujolais provenant de vignobles aux portes de la Bourgogne du sud, un terroir où l’on ne sait pas toujours que les vignobles de cette région produisent d’autres vins que le Beaujolais nouveau.

Ils se composent de 12 appellations avec 10 crus dont font partie Saint Amour, Juliénas, Chenas, Moulin à Vent, Fleurie, Chiroubles, Morgon, Régnié, Brouilly et Côtes de Brouilly, plus les appellations Beaujolais et Beaujolais Villages.

Le cépage gamay est une petite merveille lorsqu’il est bien travaillé, selon les sols, la vinification, avec un élevage en barrique,  comme par exemple  cette sélection (ci-dessous) originale de cuvées vinifiées par des vigneronnes qui donnent naissance à des vins qui ont du corps, quelquefois puissants mais élégants, des cuvées que j’ai choisi car elles sont bien structurées et même charpentées sans tanins qui dérangent nos délicates papilles, mais surtout agréables à boire sur des plats chauds mijotés. Elles sont 10 vigneronnes regroupées en une association « Les Etoiles en Beaujolais » que j’ai envie de vous faire découvrir.

Vous n’y aviez pas pensé et pourtant, je peux vous assurer qu’ils s’accordent merveilleusement avec les plats d’hiver, avec du canard par exemple, ou une pintade. Longs en bouche, ils s’associent également aux terrines de lièvre, à un risotto au morbier, ou un filet mignon aux pruneaux et carottes et pour les adeptes de la chasse à un cuisseau de chevreuil ou un faisan Enfin pour les gourmandes, même le sucré n’y résiste pas. Du crumble aux fruits rouges, en passant par les figues au vin, le moelleux au chocolat  ou une tarte aux noix, certaines cuvées accompagnent idéalement un dessert.


Brouilly 2014 Cuvée Tradition de Sophie de Monspey-Gibert, du Domaine Comte de Monspey à 8.00 € départ TTC

Femme de terrain, Sophie est attachée à sa terre natale, ses vins ont comme elle, du caractère, cette cuvée dont la droiture m’a surprise, je l’ai servi sur du canard de ferme confit (cuisiné 4h dans mon four) accompagné d’un assortiment de 3 sortes de navets (blanc, jaune et violet). La bouche charnue du vin est mise en valeur par la cuisson croquante de la peau du canard, les arômes fruités dominent sur les navets et l’ampleur du vin avec sa persistance, plus une pointe minérale en finale sont harmonieux mais c’est gourmand en bouche. Très bon rapport qualité-prix.

Côte de Brouilly 2013 Cuvée Prestige les Garances de Chantal Pégaz du Domaine du Baron de l’Ecluse à 14.00€ départ TTC

Chantal Pegaz est une figure du monde viticole. Du droit du vin, à la présidence de « Femmes de vin » on ne compte plus ses implications dans la sphère vigneronne. Avec sa cuvée Prestige, il m’a été facile de trouver l’accord idéal.  Chez mon boucher j’imaginais déjà en bouche l’alliance savoureuse d’une pintade aux échalotes que j’allais servir avec une purée de céleris rave. Ce vin dominé au nez par les fruits rouges croquants, avec des notes d’iris et de violette, offre en bouche une structure élégante, c’est un vin à la fois vif et charpenté aux tanins soyeux qui met en valeur une sauce un peu relevée.

 

Chénas 2014 Cuvée Tradition de Catherine Olry, du Domaine des Côtes Remont à 8.00 € départ TTC

Une tradition veut que le Chenas subisse une longue macération, ce qui lui confère une charpente où les arômes fruités et floraux s’expriment en finesse, en bouche cette cuvée encore jeune est charnue et chaleureuse ce qui lui permet de mettre à l’honneur sans la masquer une cuisine gourmande et savoureuse, telle que le filet mignon de porc (acheté dans une ferme bio à la montagne) que j’ai laissé mijoter doucement au four, servi ensuite accompagné de pruneaux,  carottes et pommes de terre arrosés de jus. Ce vin a apporté de la fraîcheur au plat.

Fleurie 2011 Cuvée Prestige : Joëlle de Lescure du Domaine de la Bouronnière à  14.00 € départ TTC

Ici on perpétue une longue histoire familiale où Joëlle a réussi à apporter une pointe de modernité dans la communication. Cette cuvée prestige, élevée en fût de chêne pendant 11 mois, est marquée par les notes de fruits rouges, la violette et l’iris pour donner un vin typé, avec du corps mais fin, avec une pointe de minéralité, marqué par son sol granitique. Une cuvée à l’aise sur un faisan que m’avait donné mon voisin chasseur que j’ai farci avec des  marrons et arrosé d’une sauce aux fruits rouges. J’avais pris soin de garder le foie que j’ai mixé légèrement avec les marrons en ajoutant un peu de cognac et deux petits Suisses (fromage) pour la farce. Le vin a bien supporté l’alliance de la sauce aux fruits. J’ai servi en accompagnement un écrasé de pommes de terre à l’huile Bio de graines grillées de courges de chez « Graines d’Alma »…C’était un régal !

Juliénas 2014 Cuvée Tradition de Claire David et son fils Louis-Clément du Domaine David-Beaupère à 12,00e départ TTC

A l’aveugle difficile d’imaginer boire un Juliénas, un vin d’une pureté et d’une droiture incroyable, pas étonnant que ce vigneron fasse parler de lui ! Subtil cuvée avec au nez des  arômes fruités et complexes, en bouche on est surpris par sa richesse aromatique persistance et ses tanins enrobés. Un vin biologique bien maîtrisé ! Sans hésiter j’ai voulu associer ce vin à un Brie de Meaux truffé servi avec du bon pain de campagne  (bio) qui révèle le moelleux, la finesse et les arômes du vin avec la truffe. J’ai imaginé cette association de saveurs sans regrets car la structure du vin ne s’est pas laissée  dominer par la truffe…un mariage réussi qu’il fallait oser.

Morgon 2013 Cuvée Tradition de Cécile Roux du Domaine de la Plaigne à 8.00 € départ TTC

Cécile Roux est une pionnière de l’appellation Régnié, mais c’est son Morgon que j’ai choisi de vous faire découvrir. Un vignoble de 12ha où se transmet la passion du vin depuis des générations. La mienne de passion pour le chocolat m’a poussé à rechercher un accord gourmand avec cette cuvée riche en arômes de fruits rouges avec une note d’abricot, des tanins veloutés et une finale fruitée agréable que je voulais garder en bouche. Pour cela j’ai choisi un croquant au chocolat (Picard) une pâtisserie fine composée d’une mousse au chocolat et d’un croustillant praliné aux noisettes. Un mariage de textures étonnant entre le croustillant chocolat noisette et l’onctuosité de la mousse au chocolat qui, en bouche se fond avec les arômes de ce Morgon. Divin ! je le recommande aux gourmandes !

www.etoilesenbeaujolais.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here