Philippine de Rothschild nous a quitté, cette Grande Dame du vin va nous manquer.

2
4659

Elle était une figure emblématique des vins de Bordeaux, propriétaire avec ses enfants de trois grands crus classés de Pauillac dont le célèbre Château Mouton Rothschild, elle s’en est allée samedi à l’âge de 80 ans. Elle m’avait impressionné par sa forte personnalité lorsque j’ai débuté ma carrière de journaliste en publiant mon  premier guide « Elles et Bacchus » en 1985, elle m’avait encouragé à ajouter ce sous-titre « Le guide du vin au féminin » à la suite de l’interview qu’elle m’avait accordé. Je n’oublierai jamais qu’elle avait approuvé ma démarche de révéler enfin au grand jour que les grandes propriétés viticole françaises étaient entre les mains des femmes, elle se doutait certainement qu’elle prendrait elle aussi le destin en mains d’un mythique château familial, celui de Mouton Rothschild, puisque son père le Baron Philippe de Rothschild à la fin de sa vie, lui avait demandé d’abandonner une carrière de comédienne pour le rejoindre et se consacrer entièrement à son univers viticole.

Elle était, avec ses trois enfants, également propriétaire du Château d’Armailhac et de Château Clerc Milon. A la tête de la société, puisque présidente du Conseil de surveillance actionnaire majoritaire, la baronne de Rothschild a contribué à moderniser l’outil de travail, puis elle a surtout innover sa communication et le développement commercial notamment en créant un second vin, puis le Négoce avec Mouton Cadet, mais surtout en développant des partenariats très haut de gamme en Californie avec Mondavi (Opus One) et au Chili (Almaviva). Dotée d’un dynamisme exceptionnel et très impliquée dans l’élaboration de ses vins, elle représentait souvent ses cuvées en personne à travers le monde. Excellente dégustatrice, en professionnelle respectée elle a imposé le « style » Mouton Rothschild à ses cuvées, je dirais même la touche Philippine, refusant d’être influencée par les notes d’un célèbre critique américain au moment où tout les vignerons du Bordelais boisaient leurs vins.

Depuis les années 1980, elle avait la responsabilité du choix des artistes choisis pour illustrer les étiquettes de château Mouton Rothschild, dans la lignée d’une tradition artistique remontant à 1945 (au fil des ans, Braque, Dali, Picasso, Chagall, Bacon ou Koos entre autres) elle eu aussi l’idée  d’une exposition itinérante «Mouton Rothschild: l’art et l’étiquette».

Elle était membre de l’ordre de Grandes Dames du vin et de la table.

2 COMMENTAIRES

  1. bel hommage pour cette femme d’exception. Merci de nous avoir éclairé sur sa personnalité et son rôle dans cette mythique propriété. J’apprécie beaucoup votre site.
    bachiquement!

  2. je ne pourrai jamais me payer un Mouton Rothschild. grace à vous j’ai appris que c’est un vin de femme! je n’en reviens pas, j’ai découvert avec votre hommage qu’il appartenait à une femme, comme quoi elles savent faire aussi bon que les hommes. En vous lisant on en découvre un peu plus sur ses déesses du vin.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here