L’île Maurice côté vins!

0
5085

Rentrée depuis quelques jours de l’île Maurice, je m’empresse de vous dire que l’on ne boit pas que du rhum arrangé dans cette île paradisiaque. C’est lors de mon second long séjour dans ce petit paradis situé dans l’océan indien, que j’ai eu  l’occasion de goûter les cuisines des diverses communautés, sans être en manque de découvertes bachiques. Contrairement à d’autres îles dont je vous ai déjà parlé ces dernières années (Bali, Tahiti, Réunion, Saint-Domingue…) je n’ai pas déniché de vignoble sur l’île Maurice sauf quelques infos sur une plantation qui tenta l’expérience dans les années 90, expérimentation qui dura 5 ans mais échoua car le climat ne s’y prête pas, mais en revanche j’ai  été éblouie de trouver à mon goût des rayons vins attrayants aussi bien chez des cavistes, et ils sont nombreux, que dans des restaurants et principalement dans le supermarché « Super U » de Grand Baie. Bon d’accord, les prix m’ont donné le vertige et ont vite calmé mes envies mais nos vins français sont bien valorisés.

Avec une économie de l’île florissante,  un gouvernement stable, un tourisme de luxe au top, de plus en plus de résidents étrangers vivant sur l’île, il est normal  que tout ceci est donné naissance à une multitude de sociétés d’importation venues de la planète vin. Considéré comme un produit de luxe,  donc très taxé, l’importation du vin sur l’île enrichie les caisses de l’Etat  mais ne décourage pas les amateurs qui trouvent  facilement les plus grands crus et les meilleures cuvées de nos prestigieuses appellations françaises.

Guidé dans mes choix par des amis locaux, j’ai dégusté d’excellents vins blancs d’Afrique du sud, avec les poissons au barbecue dont la cuvée « The Ladybird » 2012 de chez Laibach western Cape région de Stellenbosh , un assemblage majoritaire  de Sauvignon et  de Chardonnay  en « organic viticulture ».  J’ai  eu l’opportunité de découvrir un vin rouge de Swartland, le nouvel eldorado des terroirs sud-africains, où des jeunes vignerons font des cuvées hors normes, assemblent des cépages Grenache, Cinsault, Syrah et Cabernet Sauvignon, découverte étonnante, chez Nora où son restaurant L’Hiden Reff à Grand Baie possède une cave incroyable, une collection de vins français mais aussi des rouges d’Australie de Barossa Valley, comme par exemple une cuvée de chez Penfolds où  les Grenache, Syrah, Mourvèdre,  rappellent  nos grands classiques de Châteauneuf-du-Pape,    mais je vais être franche avec la chaleur (+30° le soir) et la cuisine épicée créole et indienne c’est du bon rosé fruité, frais que j’ai recherché en priorité et à ce moment là tout le monde m’a parlé de  Valérie Zimmer, la Reine du rosé sur l’île, celle qu’ils ont baptisé, madame Saint-Tropez,  que sans attendre j’ai voulu vite rencontrer.

Il fallait être tropézienne avec un papa directeur de la cave coopérative de Saint-Tropez pour avoir une idée pareille ! Valérie Zimmer est arrivée à l’Ile Maurice en 2000 en pionnière elle a commencé timidement à importer des vins rosés uniquement ceux des Maîtres vignerons de la Presqu’île de Saint-Tropez ,  l’image tendance a suivi, car elle a apporté le côté festif et féminin du rosé sur l’île.  Au  cours des années Valérie s’est imposée dans sa jolie boutique toute rose « La Cave de St-Tropez », elle a développé peu à peu « sa » gamme de vins rosés « Côtes de Provence » et crée un concept qui a beaucoup de succès.

Victime de son succès sur l’île, le rosé peut réserver des mauvaises surprises, ce fût le cas lors d’un Brunch au Club Med de la Pointe aux Canonniers. Avec le buffet (super) était proposé une bouteille de  vin rosé,  servi  sur la table avec des glaçons,  que j’ai voulu goûter par curiosité,  qui m’a brûlé les gencives, un vin sans intérêt

« Le Domaine des sables » rosé, une mention : Island wine mis en bouteille à l’île Maurice par un importateur, aucune mention du pays d’origine.

Autre déception, lorsque j’ai goûté un rosé sud-Africain  Arniston Bay, costaud issu du Pinotage, cépage provenant d’une greffe de Pinot Noir et de Cinsault typique de ce pays, un vin acide aux arômes étranges, en bouche un côté « pierre à fusil » déroutant. J’ai donc décidé d’arrêter là mes expériences de découvertes de vins étrangers rosés.

Je dois vous dire que mes belles rencontres ne se sont pas arrêtées là, c’est lors d’un élégant mariage à l’hôtel Victoria où j’étais invitée que j’ai rencontré Laurent Couderc un français installé à Maurice depuis 30 ans qui a eu une ingénieuse idée, d’abord celle de me faire déguster les vins qu’il avait choisi pour ce beau mariage, que les maîtres d’hôtel servaient dans de belles carafes, puis de me parler de la société qu’il a crée il y a 3 ans, la compagnie Wine Avenue qui commercialise à Maurice la marque déposée « Collection Verre Après Verre » connue des bars à vins.

Le vin vient de France, il est rigoureusement sélectionné par des sommeliers français puis il est commercialisé avec soins en BIB spécial conditionné au château ou au domaine m’a expliqué Laurent Couderc, chaque vin est une AOP, il est étiqueté par le vigneron récoltant qui l’a élaboré. Excellents choix !mais surtout l’idée géniale c’est cette manière d’importer les vins, avec la garantie d’un transport sécurisé à un coût bien moins élevé, donc  avec moins de taxes,  puisque qu’ils échappent  à la catégorie  « produit de luxe ». C’est une façon plus abordable d’exporter et de faire découvrir des vignerons de talent qui font des vins de caractère.

Mais ma plus étonnante découverte à Maurice, c’est le vin …de fruits, véritable gourmandise les vins de lychee  et  d’ananas sont délicieux,  donc il y a bien une production de vin à Maurice me direz-vous, oui, mais qui ne vinifie pas du raisin !  Steve, Dean et Alan  Oxenham sont d’ailleurs les seuls à en produire sur l’île, le processus de fabrication étant très proche de l’élaboration d’un vin blanc traditionnel.  Stupéfiants! au nez et en bouche  on a la pureté et la gourmandise de l’ananas et du lychee que l’on retrouve quelquefois dans des vins. Il serait d’ailleurs facile, à l’aveugle, de se laisser piéger par le vin de lychee en le confondant avec un Gewürztraminer Alsacien.

Voilà mon beau voyage s’arrête là, avec des images  d’amitié, de convivialité, de gourmandise et de partage. C’est sûr, j’y retournerai  bientôt !

Pendant mon séjour à l’île Maurice j’habitais près du temple Indien Tamoul, celui de Grand baie,  c’était la période des cérémonies, d’abord le carême puis ensuite le « Cavades » . Ce fût des moments uniques riches en émotions.

J’ai aujourd’hui des amis formidables que j’apprécie, ils sont indiens, créoles, expats, réunionnais, ou français qui passent l’hiver au soleil depuis 20 ans,  tous  m’ont fait découvrir leur île et leurs traditions autrement, à leur manière, chaleureusement loin des clichés des touristes! je n’ai qu’une envie, c’est de repartir.

https://fr-fr.facebook.com/CaveStropezMauritius contact tel 230 5751 6295 (Grand baie)

https://www.facebook.com/wineavenue.mu contact tel   54 99 14 69 b  (Port Louis)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here