Enquête de vérité sur le marché du vin le plus dynamique du monde

0
1686

C’est en grande partie grace à la Chine que la consommation de vin devrait doubler en Asie cette année, si le phénomène est peu connu pour nous, il est ancien car la Chine possède en effet des vignobles depuis plus de 2000 ans, le vin ayant même été produit à grande échelle sous la dynastie Han (200 avnt JC).

19 millions de chinois consomment aujourd’hui du vin, des chinois qui boivent par an 14 millions des vins étrangers, un chiffre en constante augmentation, pour un potentiel de 723 millions de consommateurs qui vont un jour prochain découvrir le vin.

 

   
 

La Chine, entrée dès 2005 dans le top 10 mondial des pays consommateurs, boit  de plus en plus de vins étrangers (importations en hausse de 35% par an), mais consomme  95% du vin chinois. A la demande des Chinois des joint-ventures franco-chinoises se sont créées. Ainsi les marques Dragon Seal (Pernod Ricard), Dynasty (Remy Martin) ou Changyu (Castel) sont devenues des références en vin de qualité qui se vendent très bien dans toute la Chine.

L’avenir du marché chinois est très prometteur avec la hausse du niveau de vie de la classe moyenne, la récente qualité de vie des femmes Chinoises  dans ce pays le plus peuplé du monde  leur ouvre de nouveaux horizons et nous savons que  cette émancipation passe par le modèle féminin français qui reste la vitrine mondiale du bon goût, du luxe et de la mode.  Il y a une vraie évolution de la consommation de vin en Chine, si les consommatrices se fient encore parfois exclusivement au prix ou au nom, beaucoup de Chinoises s’intéressent désormais à l’oenologie à notre patrimoine et veulent tout connaître de nos appellations, de notre savoir-vivre et nos terroirs.

Pour les chinoises le vins constitue un ascenseur social

Les hommes en Chine ont tendance à considérer les grands crus  plus comme des « trophées » qu’ils mettent sur la table  en dégustation et qu’ils montrent, ou qu’ils trinquent debout en buvant « cul sec », tandis que les femmes veulent  s’initier, elles s’achètent  du vin pour le vin et non pour l’éttiquette et son prix. Le consultant Walker, co-fondateur de Dragon Phoenix vin Consulting, qui organise des cours accrédités par le Wine and Spirit Education Trust, a confirmé à une de mes amies que les femmes fréquentent de plus en plus les cours d’eonologie, elles sont studieuses, elles représentent  jusqu’à 70 % des classes. Ces femmes qui fréquentent ses classes ont entre 25 et 35 ans, pas nécessairement mariées, avec  l’expérience du travail ou des longues études,  elles voient le vin français comme quelque chose indispensable  à découvrir,  à apprendre et elles en ont fait un produit tendance très à la mode en Chine qu’il faut absolument boire en société.

Les plus fortunés s’offrent nos Premiers  Grands Crus du Bordelais aux symboles évocateurs pour eux. Une manne providentielle pour les vins de Bordeaux!

Le cérémonial et nos codes sont bouleversés car ils ne connaissent pas nos traditions qui vont avec le vin.  Le millésime 2008 a eu énormément de succès en Chine puisque c’est leur chiffre fétiche. Qui imaginerait que pour un Chinois le mot « Lafite » dans sa prononciation du nom, sonne comme « jolie » d’où le succès de Lafite-Rotschild. Quant à Château d’Yquem les Chinois l’on baptisé « Di Jin » une traduction de « goutte d’or », il en est de même pour le Château Beychevelle, à l’étiquette célèbre illustrée par un drakkar, que les Chinois voient comme le vin symbolique au bateau Dragon appellé « Long Zhou ».   

 

C’est en  me rendant  à Montpellier au Salon Millésime bio que tout à fait par hasard, j’ai pris conscience de ce phénomène grandissant, puisque au même moment se tenait pas très loin du parc des expos le Forum International d’affaires de la région Languedoc Roussillon qui permettait à des distributeurs et importateurs étrangers, de déguster plus de 3000 vins présentés à cette occasion. Je ne voulais pas laisser passer cette chance de rencontrer ces nouveaux consommateurs, ses nouveaux « jeunes » acteurs du vin et les bombarder de questions.

Déjà le matin très tôt dans le hall de mon hôtel (le Mercure) cette effervescente m’avait interpellé car plus de 200 jeunes  Chinoises et Chinois encadrés d’interpêtes motivés, étaient prêt à partir dans leurs bus pour la découverte de nos appellations du sud de la France. Je vous avoue que j’ai été frappée par le jeune âge de l’ensemble des participants, leur motivation, leur dynamisme et leurs compétences oenologiques que je ne soupçonnais pas.

Vous allez partager mes découvertes et mes rencontres avec ces Chinois qui pourraient bien vous faire changer d’avis sur ce que va être dans un avenir proche  le futur marché du vin, dans leur pays.


FEMIVIN.TV : Enquête de vérité sur les… par Uniktv

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here