Ce tire-bouchon met en colère les vignerons

0
659

alcoolUne nouvelle campagne d’information visant à modifier les habitudes de consommation des français cible directement le vin à travers la représentation sur l’affiche d’un tire-bouchon(voir ci-contre). Pour les vignerons pas de doute c’est le vin qui est visé car on ouvre pas une bouteille de Pastis ou de Vodka avec un tire-bouchon! et voilà que le vin est encore le bouc-émissaire qu’on présente de nouveau comme une cible, le symbole des dégâts de l’alcool.

Pour ma part je suis une « buveuse de vins » je n’imagine pas un repas entre amis sans vin. Le vin pour moi c’est la convivialité, l’art de vivre à la Française, c’est notre culture,  notre civilisation, c’est aussi un antioxydant reconnu, bon pour nos artères et notre coeur, voilà pourquoi je suis encore une fois indignée par une nouvelle campagne qui diabolise le vin.

C’est d’autant plus déplorable que ce  n’est pas par hasard que cette nouvelle campagne  est déployée massivement cette semaine alors que les vignerons français sont en pleines vendanges et que se déroulent le lancement des traditionnelles foires aux vins de la rentrée.

Pour Frédéric Rouanet, le président du syndicat des vignerons de l’Aude la coupe est pleine!Le 6 septembre, lors d’une rencontre entre les syndicats viticoles languedociens et la directrice du cabinet du ministre de l’agriculture, il a clairement exprimé son mécontentement. « Nous avons demandé que le ministère stoppe cette campagne ou du moins retire le tire-bouchon sur le visuel ».

Le ministère des Solidarités et de la Santé et l’INCA (Institut National du Cancer) ont donc lancé depuis le 5 septembre une vaste campagne d’information visant à modifier les habitudes de consommation des Français, consommation d’alcool incluse afin de prévenir les cancers imputables à l’alcool.

bouteilles-d-alcool-pendant-une-fete-bandeau

Application du principe de précaution encore plus rigoureux.

En application du principe de précaution, c’est dorénavant l’ensemble de la population qui est visée, plutôt que de s’adresser aux populations à risque que sont les jeunes qui consomment beaucoup d’alcool avec les nouvelles boissons aromatisées alcoolisées ou aux consommateurs excessifs.

logo-vin-et-santePour l’association de défense du vin « Vin & Société » ces préconisations qui nous sont proposées de façon régulière depuis des années n’ont pas fait la preuve de leur efficacité et certainement pas chez les jeunes.

www.vinetsocieté.fr

Le parti pris de cette campagne réduit le vin à une simple molécule d’éthanol et  symboliquement, elle lui impute la responsabilité de tous les cancers liés à la consommation d’alcool en général, alors que les vignerons se battent depuis des années pour que le vin soit différencié des alcools forts comme c’est le cas en Espagne par exemple.

L’Association Vin & Société dénonce une stigmatisation directe des 500 000 acteurs de la vigne et du vin, comme les vignerons elle ne saurait en rester à cette lecture.

Pour ma part, je me pose des questions, pour deux raisons majeures. La première c’est qu’Audrey Bourolleau, dont j’avais fait le portrait il y a quelques années a été nommée,  « conseillère agriculture, pêche, forêt et développement rural » par Emmanuel Macron, Mme Bourolleau était ces dernières années la déléguée générale de l’Association Vin & Société où elle avait mis tout en œuvre pour dénoncer les précédentes campagnes en défendant la viticulture.

 vin-et-sante-affiche

La seconde raison est qu’Agnès Buzyn a été nommée ministre de la Santé (et des Solidarités) par Emmanuel Macron. Or Mme Buzyn était il y a peu de temps encore à la tête de l’Institut National du Cancer et elle exerce aujourd’hui la tutelle sur Santé Publique France.

On imagine mal comment un consensus pourrait désormais être trouvé,  entre le Palais de l’Elysée et le ministère de la Santé. Comment vont-elles concilier  « Toute consommation d’alcool comporte des risques pour votre santé » avec « A consommer avec modération ».

 Une consommation sans repère

En recommandant  « d’éviter la consommation d’alcool », cette campagne opère un glissement du discours de santé publique visant à passer de la lutte contre la consommation excessive d’alcool à l’idée que toute consommation est nocive, y compris le vin même en quantité minime.

L’association « Vin & Société » qui défend le vin  a toujours plaidé en faveur de repères de consommation chiffrés et facilement compréhensibles par les consommateurs comme par exemple 2 verres de vin par jour pour les hommes et un verre de vin pour les femmes ne nuisent pas à la santé. En juin dernier, la filière viticole avait spontanément pris acte des nouveaux repères de consommation à moindre risque proposés par un groupe d’experts sous l’égide de Santé Publique France.

grands-crus

Allons-nous  vers  la fin du plaisir d’apprécier un bon vin lors d’un repas?

Ce fléchissement est d’autant plus surprenant que la consommation de vin s’est déjà profondément transformée, baissant de près de 60% entre 1960 et 2015. 1 Français sur 2 est un consommateur occasionnel (1 à 2 fois par semaine), 15 % sont des consommateurs réguliers, et 33% des Français sont abstinents.

Le nouveau Président de l’Association renouvelle encore une fois  sa demande de dialogue constructif avec les pouvoirs publics pour bâtir une approche équilibrée entre santé, éducation, culture, viticulture et économie. Je lui souhaite beaucoup de courage, personnellement j’ai peu d’espoir, je crains le pire sur la liberté de pouvoir promouvoir le vin sur Internet le seul terrain d’action encore libre actuellement!

www.alcool-info-service.fr

www.vin-et-sante.com

crédit photos: Educ alcool, Alcool-info-service, INCA photo DR,

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here