« Osez les vins du monde »

0
873

Ce n’est un secret pour personne les français sont chauvins et boudent les vins étrangers.                            

Pour ce reportage vous allez découvrir la réaction de vos semblables lors de cette dégustation de vins du monde que j’ai organisé chez Jacques Chibois, Chef de la magnifique Bastide Saint-Antoine à Grasse ( vous le retrouvez dans deux autres reportages).

 

 

Nos papilles s’en souviennent encore car pour la première fois des vins exceptionnels vinifiés sur les cinq continents par nos plus célèbres vignerons français étaient réunis pour être commentés ensuite dans les rubriques de mon nouveau guide FEMIVIN  English version qui sortira avant l’été aux Etats Unis.

Femivin.com
Une des dégustatrices de "Osez les vins du monde !"

Pour cette dégustation nous avons découvert les vins issus d’un assemblage étonnant de Syrah et Viognier d’un vignoble d’Australie de Michel Chapoutier, un Sauvignon blanc d’Afrique du sud le Domaine de l’Avenir de Michel Laroche, un surprenant vin du Japon de Bernard Magrez cépage local inconnu chez nous, ainsi que plusieurs vins rouges de ces vignobles  d’Amérique du sud, puis un Chardonnay de la Napa Valley en Californie produit par Jean Charles Boisset, quoi de plus surprenant qu’un Pinot Noir de L’Orégon aux Etats-Unis du domaine Drouhin vinifié par Véronique Drouhin et enfin les cuvées de Las Ninas au Chili un Domaine dirigé par des femmes, qui est la propriété de la famille Dauré.

Petite cerise sur le gâteau, j’avais fait venir quelques bouteilles du vin produit par Gérard Depardieu et Bernard Magrez en Espagne.

Une partie de ma sélection des vins à déguster...
Une partie de ma sélection des vins du monde à déguster...

Il est intéressant d’apprécier autrement avec une large ouverture d’esprit ces vins issus de nos célèbres cépages français tels que  Merlot, Cabernet Sauvignon, Sauvignon Blanc, Chardonnais, Syrah….mais qui sur les sols, les climats, les terroirs et latitudes différents  donnent des vins surprenants, des arômes que nous avons du mal à déceler, des vins puissants, riches en alcool mais qui se boivent jeunes.

Pour le mot de la fin, je reprendrai la phrase de Jacques Chibois qui nous a rappelé que c’est grâce à ces cépages emportés  vers l’Amérique  par des ancêtres français que nous avons récupéré plus tard des plans sains,  afin de reconstituer  nos vignobles après que ceux-ci furent détruit pas le Phylloxéra, au début des années 1900.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here