n’oubliez-pas que le vin est aussi une affaire de femmes!

0
1956

 En écrivant des articles sur la femme et le vin certains magazines comme dernièrement  le  New York Times parlent d’un « phénomène de société », certains autres en France par exemple ont axé la démarche vers une rentabilité publicitaire car ce sujet ciblé est lucratif, eux parlent  d’une  « logique de l’histoire » mais pour moi qui fût la pionnière du vin au féminin, il s’agit d’un juste retour des choses.

Tous l’ignore mais les grands châteaux viticoles ont depuis longtemps appartenu à des femmes (Romanée-Conti, Haut-Brion, Margaux, Mouton-Rothschild, Pichon-Longueville) mais on ne le disait pas. Dans l’esprit des gens, le vin  devait rester masculin et cela ne devait pas se savoir. En publiant en 1985 mon premier guide du vin au féminin « Elles et Bacchus »  j’ai été la première femme à ouvrir la voie à toutes ces « Grandes Dames du vin » en leur permettant de s’exprimer au « grand jour »!

« »Tout se passe actuellement comme si les femmes étaient passées des coulisses à la scène, alors qu’il y a toujours eu des femmes dans le vin, mais elles étaient discrètes, jamais mise en valeur et travaillaient dans l’ombre des hommes en participant à toutes les tâches. Nombreuses femmes ont pris en mains les vignobles pendant les guerres. La Champagne  en est l’exemple type avec toutes les veuves célèbres ».

  Ce changement est vécu actuellement par les femmes comme une petite révolution culturelle, alors que pour moi,  je l’ai vécu comme un parcours semé d’embûches aussi bien de la part des vignerons qui me refusaient l’accès aux chais que de mes confrères journalistes (hommes) qui pensaient qu’une femme n’avait pas sa place dans la presse du vin.

 

Les nouvelles prêtresses de Bacchus font parler d’elles                        

Les derniers bastions de résistance masculine tombent progressivement. La relève familiale se féminise, des filles de vignerons célèbres prennent la tête des propriétés viticoles, d’autres femmes volent de leurs propres ailes, en vivant des aventures nouvelles certaines se lancent dans la production en prenant en fermage des domaines ou en louant même des vignes.

Tous les métiers du vin sans exception sont aujourd’hui pratiqués par des femmes même ceux que l’on imaginait intouchable (maître de chai, œnologue, négociant, président d’appellation, importatrice, distributrice).

 

Pour  le  psychiatre Willy Passini « Depuis les Grecs et l’Empire Romain, seules les femmes marginales buvaient du vin. Disons que les catholiques ont  entretenu pendant des siècles de vieilles légendes et tabous véhiculés par les moines. Au XXème siècle, avec le passage de la femme-objet à la femme consommatrice, les choses ont changé et il est normal que le féminisme s’applique aussi au vin . Cette émancipation des femmes est liée à une évolution sociologique. 

           

Cette féminisation influence-t-elle les vins ?

 Selon les experts en œnologie, cette féminisation a influencé les vins surtout ces cinq dernières années aussi bien français que partout dans le monde puisque 50% des oenologues sont des femmes. Finis les vins boisés,  charpentés  (les jus de barriques!)  enfin moins de tanins, mais des vins plus charnus avec plus de fruits, beaucoup de complexité aromatique, aujourd’hui on va privilégier des vins de caractère riches en matière qui mettent en valeur le cépage et le terroir, avec plus de velouté, de soyeux en bouche et de la rondeur, car la femme recherche avant tout le plaisir, l’émotion olfactive et la subtilité gustative.

Pour un homme, le vin doit être bien présent en bouche, il  doit « percuter » ses papilles, à l’inverse des hommes nous voulons qu’un vin nous caresse nos délicates papilles, nous attendons qu’il nous apporte des émotions, du plaisir. Alors que  l’homme ira plus se rassurer en achetant  une appellation connue rassurante, valorisante, nous au contraire nous rechercherons l’originalité d’une cuvée ou d’une appellation inconnue,  l’élégance de l’étiquette, le voyage et la découverte de nouvelles saveurs. 

Comme 70% des achats de vins sont faits par les femmes en grande distribution il est évident que nous influençons ce secteur et toute l’économie viticole qui va avec. Pas étonnant que l’on trouve partout des cuvées aux noms racoleurs qui ciblent les consommatrices, mais qui le plus souvent nous rendent méfiantes!

 

Comment réagissent les hommes ?

Si une partie des plus âgés voit encore d’un mauvais œil l’arrivée de ces femmes sur leurs « chasses gardées », les hommes plus jeunes  jettent un regard favorable sur ce phénomène. Selon plusieurs sondages 50% des hommes seraient séduits par une femme qui sait dénicher le nectar en accord avec le repas qu’elle va préparer , de plus en plus d’hommes apprécient les femmes « qui s’y connaissent en vin ». Cette génération a compris qu’ils avaient tout à y gagner.

Après tout, qui mieux qu’une femme peut savoir ce que veut une femme !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here