Mes conseils pour éduquer votre palais à aimer le vin

3
4899

Optez pour un apprentissage personnel et laissez-vous guider

Tout le monde n’a pas la chance de recevoir une éducation des papilles par sa grand’mère. Je constate que vous êtes nombreuses à déplorer un manque de connaissance des arômes et d’apprentissage de la dégustation des vins. Encore aujourd’hui des hommes nous imposent leur goûts qui ne sont pas forcement ce qui nous correspond.

La méthode la plus simple et la plus rapide pour apprendre l’art de la dégustation est simple, elle est celle qui consiste à goûter des vins flatteurs, gourmands au départ pour apprivoiser son palais et goûter peu à peu des vins plus difficiles. Les femmes qui ne sont pas habituées à boire du vin préfèrent débuter le plus souvent par les vins blancs doux.
 

Je vous conseille de marquer de grands écarts.

 Essayez par exemple de déguster un vin liquoreux comme  un Sauternes, un Jurançon, un Barsac ou Monbazillac, puis versez-vous dans un autre verre un muscat de Rivesaltes ou un muscat Beaumes-de-Venise, idéalement testez-vous avec le muscat rosé (photo ci-contre) de la Cave des vignerons de Beaumes de Venise très aromatique. Deux types de séries d’arômes vont se révéler à vous et vous faire mémoriser des saveurs nouvelles.

Ensuite, dénichez un Alsace gewurztraminer fruité, puis en comparaison goûtez un vin de Loire moelleux comme un Savennières ou un Quarts-de-Chaume pour vous rendre compte de la différence. Revenez vers le premier et comparez. Maintenant, faites la même chose avec un Sancerre, ou un Sauvignon qui sera sec mais fruité, face à votre vin d’Alsace sec et fruité lui aussi mais très différent.

Passez à l’étape suivante qui consiste à comparer un Pouilly-Fuissé d’un Pouilly-Fumé. Vous constaterez aussi bien au nez qu’en bouche, des nuances  importantes très différentes dans les arômes, puis la découverte du minéral, de l’acidité, de la persistance très différente de ces vins blancs. Et enfin choisissez deux crus de Bourgogne en blanc, identiques, en ayant soin de ne pas prendre les mêmes propriétaires et climats (parcelles). Là encore vous serez surprise par ce qu’un Chardonnay peu procurer au nez et en bouche, selon le travail du vigneron, le terroir, le millésime, le mode de culture.

Lorsque l’analyse devient plus difficile et il faudra être attentive.                                             

 Rassurez-vous, le nez est une sentinelle avancée, qui évite bien des surprises à la bouche, alors respirez le vin, concentrez-vous, faites travailler votre mémoire.
Pour terminer, prenez deux vins blancs de Bourgogne du même propriétaire, dans le même cru, en variant l’année. Optez pour un apprentissage personnel, où vous mémoriserez tout ce que vous ressentirez, et laissez-vous guider par vos goûts.

Lors de l’étape suivante, vous passerez aux vins rosés avant de passer aux vins rouges. Les rosés de Provence sont conseillés, ils se boivent frais, ils sont fruités sensuels et caressent nos papilles, leurs arômes sont gourmands et certains assez puissants révèlent même la minéralité des terroirs et la typicité des cépages.

 Pour faire découvrir à vos papilles votre premier vin rouge,  je vous conseille de goûter un vin primeur de Loire ou d’ailleurs par exemple  mais très fruité que vous comparerez  par la suite à  un cru du Beaujolais jeune, comme un Moulin-à-Vent ou un Saint-Amour. Vous pourrez ainsi apprécier ensuite plus facilement un vin du Languedoc, au terroir typique, et puis tenter doucement la Vallée du Rhône méridionnale pour ensuite aller progressivement vers un cru du bordelais. Votre palais s’habituera aux arômes que vous aimez ou aux terroirs, et, beaucoup plus tard, vous pourrez choisir un Bourgogne ou un Châteauneuf-du-Pape.

Notre perception olfactive féminine est différente des hommes

Ne vous laissez pas influencer par l’homme de votre vie, si ce dernier veut vous initier (les papilles) à sa manière, comme je vous l’ai déjà dit, la femme possède une perception plus sensible des arômes, son palais est délicat et son nez est nettement plus développé que celui de l’homme. Pour cette raison je conseillerai des vins très fruités, jeunes, peu tanniques avec un nez flatteur afin de faire travailler la mémoire à se procurer un vrai plaisir et des émotions gustatives.

Nous les femmes, nous aimons qu’un vin nous caresse les papilles, alors que les hommes préfèrent des vins qui percutent celles-ci…croyez-moi j’en ai fait l’expérience!

J’ai retenu ce que ma grand’mère me disait  « Ma chérie l’olfaction répétée ordonne des souvenirs, elle prépare les joies du palais, suggère les comparaisons, et nous conduit tout droit vers l’émotion spirituelle« .

3 COMMENTAIRES

  1. Je peux remarquer que vous ausѕi voսs aavez la passion pоur la sommellerie ԁe qualité !
    Sommellerie de France aսssi en vouѕ offrant un grand choix
    de spiritueux et vins ɗe qualité ! Aѵec notre
    trentaine ԁe boutiques dans l’est dе la France, accédez
    une panoplie Ԁe caves à vins d’exception.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here