Le vin s’apprécie mieux en écoutant de la musique !

0
3894

Le vin et la musique stimulent  l’imaginaire des femmes, pas étonnant car la musique favorise une meilleure réceptivité au vin, les deux faisant appel à la sensibilité plus développée chez les femmes, les points de comparaison entre la musique et le vin, pourraient bien être sans fin. Je l’affirme pour en avoir fait l’expérience, après une envolée lyrique, le vin s’apprécie mieux en musique.

Invitée à animer une dégustation lors d’un concert de l’orchestre régional de Cannes PACA à Cannes, j’ai eu envie de marier la musique avec une dégustation de vins de femmes. Pour cette occasion exceptionnelle j’ai demandé à quelques vigneronnes de l’Association les Eléonores de Provence de participer en faisant découvrir des vins élégants et harmonieux.

La musique conditionne notre état d’esprit du moment. Vous est-il déjà arrivé d’avoir la chair de poule tellement le morceau que vous êtes en train d’écouter vous transporte ? Ce genre de sensations nous montre que la musique à bel et bien un effet sur notre corps et notre esprit ! Elle canalise nos pensées qui se concentrent sur les sensations qu’elle procure, en faisant abstraction de ce qui se passe autour. Un musicien m’a expliqué que cet effet se prolonge après un concert, pas étonnant qu’hier soir les convives ont laissé exprimer leurs émotions olfactives et gustatives en goûtant les superbes cuvées de mes amies vigneronnes provençales.

Ecouter son vin et déguster de la musique.

Les liens entre la musique et le vin existent depuis longtemps, nous les retrouvons dans le vocabulaire commun, attaque, harmonie, final, élégance.

Un vin peut être rond, complexe et éveiller les sens, tous les sens ! C’est exactement la même chose pour un artiste qui joue une œuvre musicale. Les arômes sont alors légers ou discrets, forts ou puissants, subtils ou enveloppants, voilà pourquoi musique et vins sont à  déguster de façon similaire, tout d’abord avec le cœur, ensuite avec le cerveau, voir même l’imaginaire.

Une sensation peut vous conduire à la connaissance mais  pas l’inverse, c’est pourquoi  l’échange entre la musique et le vin pour nous les femmes qui avons un ressenti plus exacerbé avec une tendance à érotiser le plaisir est aussi sensuel.


L’étude scientifique menée par le Professeur Adrian North de l’Université d’Edimbourg a prouvé que la musique a une influence sur la dégustation d’un vin. Fait connu mais jusque là non vérifié. Apparemment, la musique stimulerait certaines parties du cerveau, activées et donc aptes à mieux « décrypter » les éléments sensoriels d’un vin…
D’après le compte-rendu d’une enquête que j’ai lu dans le quotidien britannique « Daily Télégraph », le Chardonnay est bien plus aromatique sur Blondie, les arômes du Merlot s’ouvrent mieux en écoutant Otis Redding et un Cabernet  Sauvignon s’apprécie en écoutant Jimie Hendrix, tels sont les accords vin-musique parfaits  pour les anglais

Mais la musique permet aussi de soigner la vigne, de stimuler la pousse, de renforcer l’organisme à protéger, cette nouvelle science s’appelle la Génodique.

Plusieurs vignerons que je connais, diffusent de la musique dans leurs vignes et dans leurs chais… Gérard Dupuy vigneron à St Emilion au château Beauséjour a voulu se passer de la chimie en adoptant cette pratique assimilé au bio afin de lutter contre « l’esca » cette maladie fongique sans parade qui décime chaque année environ 5000 pieds par ha, un véritable fléau dans le bordelais. Gérard Dupuy  a constaté une baisse de mortalité de ses ceps de 80%.

Je vous parlais l’année dernière de Marc et Jean Baptiste Jessiaume à Santenay qui appliquaient cette technique avec succès pour stimuler la vinification et l’élevage de leurs vins.

Certains morceaux comprennent des séquences stimulant la prolactine.

La Génodique  découverte par le physicien et musicien Joël Sternheimer calcule les séquences de vibrations des acides aminés des protéines et les traduit en séquences audibles, cela donne une suite de notes appelées « protéodies ». 70  vignerons, pas tous en bio ont fait appel aux mélodies des protéines. On retrouve ces chants de protéines dans certaines musiques de Mozart.

Si de nombreux festivals de musique, notamment dans les régions vinicoles, font la part belle au vin, avec dégustations et initiation à l’oenologie, je déplore que l’accord vin-musique ne soit pas abordé.

Seuls quelques oenologues, sommeliers, ou vignerons  musiciens sont passés maîtres dans cet art étonnant de marier les crus aux pièces de musique, ces deux arts éphémères, vivants, changeants et riches en émotions qui se répondent…mais rarement, il est fait état d’une véritable connivence entre un vin et une musique, où d’un accord intime se mêlent les personnalités semblables de deux oeuvres artistiques et humaines à la fois, car tels sont le vin et la musique, nés de la main de l’homme avec une touche de lyrisme et de sublime en plus qui nous rappelle de ne pas oublier que le vin est une matière vivante, changeante, toute en sensibilité.

Dites-moi ce que vous écoutez, je vous dirai ce que vous buvez.
Pour en avoir fait l’expérience je me rends compte qu’un vin rouge soyeux, subtil et tendre, aux tanins enrobés se mariera à perfection avec des airs langoureux alors que si le cru est puissant, corpulent, plutôt charpenté, il s’appréciera en écoutant  des instruments plus lourds et une musique plus symphonique !

Ylan Schwartz auteur de l’ouvrage « Le vin et la musique » est parvenu à déduire que le vin et la musique utilisent le même langage,  une véritable alchimie de bonheur, de tempéraments vineux et musicaux. Quelques associations à savourer : le cabernet sauvignon et le violon, le cabernet franc et l’alto, le merlot et le violoncelle, le sauvignon et la flûte… Son mariage favori : le St Estèphe et une symphonie pour violoncelle! » dites-moi ce que vous écoutez et je vous dirai ce que vous buvez.

Au même titre qu’un vin, une musique bouchonnée n’est parfois qu’une « belle mélodie mal arrangée », m’a un jour expliqué in instrumentiste. Mais, en toute circonstance et dans tous les styles, y compris dans celui inédit que propose « l’Œno Music Festival de Dijon »  la musique est affaire de vie, le vin est affaire de fête.

mais quand est-il du Champagne et de la musique?

Charles Baudelaire écrivait à Richard Wagner « vos harmonies profondes s’apparentent à ces ivresses qui accélèrent le pouls de notre imagination » et Richard Wagner approuvait l’extraordinaire harmonie qui lie la musique et le vin, ce grand génie de la musique affirmait que le Champagne offre la plus suave des musiques, le son des bulles est doux à l’oreille, tel une symphonie qui correspond le mieux à l’âme.

Un opéra « wagnérien » opère comme un sortilège sur l’esprit des spectateurs, comme le Champagne, ils ont le don de susciter la même euphorie éveillant des énergies  psychiques en même temps que des sensations inouïes.  Cet instant  musical qui accompagne le dégustateur lui permet de l’amener vers l’extase conjointe entre l’ouïe et le goût.

Les domaines viticoles qui ont présenté leurs rosés à la dégustation.

« Château Pas du Cerf » Geneviève Gualtieri  – cuvée château Pas du Cerf rosé

« Château Roubine »   Valérie Rousselle – cuvée  Inspire rosé

« Château Rasque »  Sophie Biancone cuvée Clos de Madame rosé

« Château Saint-Martin »   Adeline de Barry cuvée Eternelle Favorite rosé

« Château Sainte-Roseline »  Aurélie Bertin cuvée Chapelle rosé

« Château des Demoiselles »  Aurélie Bertin cuvée les Demoiselles rosé

« Champagne Philippe Martin »  Adeline Martin  cuvées Rosé  et Brut réserve

http://routedesvinsdeprovence.com/route/la-route-des-eleonores

www.chateauroubine.com www.chateaudesaintmartin.com www.château-roseline.com

www.pasducerf.com www.chateau-rasque.com www.champagne-philippe-martin.com

Malheureusement, les vins d’Emmanuelle Baude du Domaine Tour Campanets et de Marie Pierre Caille du Château Mentone  pour des raisons indépendantes de leur volonté ne sont pas parvenus à temps sur les lieux de la dégustation.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here