Aux portes du Mercantour, les surprises ne sont pas dans l’alpage, mais à table!

2
2828

Une bonne adresse comme celle-ci on a envie de la garder secrète, elle ne se transmet habituellement que par le bouche à oreilles, le plus souvent par des amis épicuriens et gourmands qui viennent entre copains y passer du bon temps pour décompresser. “La Fripounière” est de celle-ci, imaginez le lieu idéal dont vous rêvez pour vous ressourcer, vous évader, vous détendre tout en régalant vos papilles.

Situé à 1678 m au cœur des Mélèzes aux portes du Parc National du Mercantour, dans les Alpes du sud, “la Fripounière” est un chalet maison d’hôte, décoré de bois et d’étoffes de style montagne, véritable  refuge douillet d’amour et d’amitié qui respire l’authenticité et la simplicité. On y retrouve  les repères des vraies valeurs de la montagne, la convivialité à table, un « Patou » ce gros chien blanc de berger des montagnes qui vous renifle quand vous arrivez et une ambiance chaleureuse autour de la cheminée où Patrick Caron  un ancien directeur de palaces parisiens réputés qui a choisi de changer de vie, mais tout de même marqué par son parcours professionnel est aux petits soins de ses hôtes.

La cuisine d’Anne-Claude sa compagne est succulente, raffinée, imaginative, réalisée uniquement avec des légumes du potager et  ceux d’Agnès et Renaud Papone à Puget-Théniers, une mise à l’honneur des bons produits locaux et aussi régionaux,  ce couple offre aux hôtes le meilleur de nos Provinces,  on y mange même des viandes de l’Aubrac. La charcuterie comme vous pouvez l’imaginer est exceptionnelle, elle est artisanale bien sûr, ainsi que les volailles fermières et les fromages de chèvres,  quant à l’excellent pain, il vient du fournil de Saint-Sauveur.

Le menu gastronomique (que je recommande) est un voyage d’alliances des saveurs, une succession de surprises gourmandes auquel on ne s’attend pas dans un lieu aussi retiré du monde.

Quant aux  vins, je n’imaginais jamais trouver d’aussi beaux flacons dans ce lieu isolé! la cave de Patrick  fait la part belle aux meilleurs vins des terroirs de montagne, de Savoie, du Jura  et du Valais mais elle offre aussi un excellent choix de vins « sudistes » issus de Syrah, Carignan et Grenache, de bons  vignerons (hors normes) en bio. Patrick a une passion pour les vins d’auteurs comme par exemple son Coteaux du Layon de chez Grosset, une petite merveille, que j’ai apprécié au coin du feu,  j’avais hésité à goûter son Apremont de Jean Claude Masson, sa cave regorge de trésors comme un Marestel de chez Jacquin, un excellent Arvine du Valais de Jean-René Germanier.

J’ai goûté une cuvée étrange, un  carignan du Roussillon (Domaine du Matin Calme)  un peu trop viril, presque bestial qui ne m’a pas procuré d’émotion ni de plaisir, pas du tout à mon goût . Il est vrai que Véronique Souly et Anthony Guix élaborent des vins naturels, à l’opposé de la chimie oenologique,  certaines cuvées à partir de vieilles vignes, ou de cépages non autorisés ce qui les exclut d’office de l’AOP, ils sont classées en Vin de table (Vin de France).

Voyant ma déception le maître des lieux a tenu à me faire goûter une cuvée 100% Merlot, cépage féminin m’a-t-il dit “La Petite Cocotte” un Vin de Pays d’OC…moi qui suis réfractaire au bois neuf, j’ai  quand même aimé cette cuvée, un vin gourmand, rond, fruité avec du corps et intéressant associé à une succulente pintade de Challans caramélisée au miel des gorges du Cians. Ce vin est produit dans un coin que je connais bien, à savoir le pied de la Montagne d’Alaric, près de Carcassonne, propriété du dessinateur de BD Régis Franc, devenu vigneron.

Comble du bonheur pour les amateurs de vieux Whiskies artisanaux, la collection de Patrick est impressionnante !

J’étais présente lors du dernier jour de la transhumance, c’était magique, car les bergers c’étaient donnés RV dans l’alpage devant le chalet, ils avaient parqué ensemble à l’écart les brebis avec leurs agneaux, sous nos fenêtres. Quel dépaysement de voir  à la tombée de la nuit la bergère restée seule, une mamie âgée de plus de 70 ans portant sur sa tête  un bonnet péruvien en laine, s’installer pour dormir à la belle étoile,  emmitouflée dans des couvertures polaires et un sac de couchage, se blottir contre ses brebis, protégée par ses chiens. (par respect et pudeur, je ne l’ai pas photographié).

La Fripounière

Col de la Couillole 06420 Roubion

Tel 04 93 02 02 60  www.lafripouniere.com

2 COMMENTAIRES

  1. je suis fidèle à votre site, comme je l’étais au guide FEMIVIN, une bonne adresse en lisant cet article. Je suis à Marseille, vous m’avez donné envie de passer quelques jours dans ce petit chalet.J’ai envie d’aller découvrir les vins de cette cave et connaître les propriétaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here