Valentine Clerc, un regard nouveau dans l’univers Champenois

1
2900

charles-legend-valentine-clercImpossible d’arrêter Valentine dans son élan de passion! cette belle jeune femme audacieuse et déterminée, tente de dépoussiérer cet univers champenois avec un regard nouveau et rendre accessible le Champagne à tous surtout essentiellement à ceux de sa génération.

charles-legend_royal-dernier-millesimeSa cuvée « Brut Royal » que j’ai dégusté lors d’un apéritif dînatoire accompagné de petites bouchées de la mer peut rivaliser sans rougir, avec les grandes maisons. J’ai apprécié ses fines bulles, sa délicatesse, c’est un Brut sans agressivité, au nez c’est l’iris qui séduit puis son côté fruité dominé par la fraîcheur de la pêche blanche, en bouche on retrouve des arômes de pêche de vigne et la pomme reinette, ensuite une note de prune mirabelle en finale. Cette cuvée offre toute la délicatesse d’un grand Champagne.

Je n’ai pas résisté à l’envie de lui poser plus de questions pour connaître l’aventure qui la lie au Champagne Charles Légend.


Isabelle Forêt : Vous paraissez très jeune pour être à la tête d’une « maison » de Champagne?

Valentine Clerc : Je suis issue d’une famille d’entrepreneurs, notamment dans la gastronomie et dans le vin. Je baigne dans cet environnement depuis mon enfance et diriger une société dans ces domaines a toujours été une évidence pour moi. Certains pourront me trouver jeune pour cette fonction: « je suis jeune, il est vrai; mais aux âmes bien nées… » comme disait Corneille. Je pense qu’il n’y a pas d’âge pour manager une maison de Champagne, il faut être audacieuse, passionnée par son métier et ambitieuse dans son domaine d’activité, tout en s’entourant de personnes expérimentées.

I.F : Est-ce une affaire familiale?

V.C : Ce n’est pas une affaire familiale, j’ai croisé la route de Mickael et Pierre-Emmanuel il y a 3 ans. Ces deux passionnés m’ont séduit par leur amour des bons produits et notamment du Champagne, par les valeurs communes que nous partagions et par le défi insensé de vouloir produire un Champagne et le lancer sur un marché aussi concurrentiel, face à des grandes maisons déjà bien en place. Notre société est une société à taille humaine, nous sommes peu mais chaque personne fait partie intégrante des Champagnes Charles Legend. C’est un peu comme une famille.

champagne10

I.F : Expliquez-moi votre parcours professionnel?

V.C : J’ai une double formation: une école de commerce (Essec BBA) qui m’a appris le commerce et le métier de manager. Je suis également diplômée de l’école du vin (Wset) et du Bordeaux International Wine Institute, qui m’ont permis de renforcer mes bases œnologiques acquises lors de mon éducation. Par la suite je me suis formée dans un grand groupe, je pense que c’est essentiel pour assimiler les bases nécessaires à l’organisation, à la structuration et à la mise en place de process dans une société. L’opportunité qui m’a été offerte il y a 2 ans, de tenir les reines des Champagnes Charles Legend était donc cohérent vis à vis de mon parcours et un super défi pour moi. J’ai tout de suite accepté de le relever.

I.F : Quel est l’historique de cette Maison de Champagne Charles Legend

V .C : C’est l’histoire de trois jeunes audacieux (un peu fous peut être) qui veulent créer des Champagnes au goût du jour, à l’instar des grandes maisons d’avantage encrée dans le passé. C’est la volonté de sortir d’un monde parfois fermé et mystérieux pour faire partager sa passion en étant totalement transparent sur qui nous sommes et ce que nous faisons. C’est remettre le plaisir de partager au cœur de ce sublime vin qu’est le Champagne.

I.F : Quelles raisons vous ont poussées à choisir ce métier, est-ce votre passion ?

V .C : La première raison est donc la passion. Je suis amoureuse de la gastronomie et du vin français. Il y a plusieurs années, en voyage en Equateur, j’ai dîné dans un très bon restaurant à Quito. Ils avaient une superbe carte des vins, avec beaucoup de références, mais à ma grande surprise, qu’un seul vin français, un beaujolais à 70$. En rentrant, j’ai rédigé une thèse sur l’importance des pays du nouveau monde sur le marché vinicole mondiale et la raison pour laquelle ils prenaient de plus en plus de place, au détriment des vins français. Je voulais comprendre. Suite à cela, je me suis dit que je voulais faire une carrière pour promouvoir les vins français et défendre notre terroir, en France et à l’étranger. J’ai choisi le Champagne car c’est un produit avec une réelle dimension internationale, idéal pour connaître les marchés à l’export. C’est un marché très concurrentiel où le marketing et la communication ont une grande importance. J’essaye de revenir à l’essentiel: au produit, en montrant qu’il n’est pas nécessaire d’être une grande maison avec de gros moyens publicitaires pour faire un très bon Champagne.

I.F : Peut-on parler de vos ambitions et vos projets ?

V .C : Nous essayons, à notre échelle, de dépoussiérer un peu ce monde, d’être plus transparent sur ce magnifique vin, trop souvent inaccessible aux yeux des gens.
Nous avons deux mono-cépages, et nous travaillons beaucoup le pinot noir, un cépage vineux et aromatique, très agréable lors d’un diner entre amis. Le blanc de blancs lui est tout en fraicheur et finesse, un régal à l’apéritif. Mon ambition aujourd’hui est de développer et de faire reconnaitre nos Champagnes dans le monde, de partager ma passion, notre histoire… dans le but de régaler les papilles des consommateurs de Champagne!

valentine-2-champagne

I.F : Vous impliquez-vous dans l’élaboration de vos cuvées, êtes-vous sur le terrain?

V.C : Oui, c’est primordial pour maîtriser son produit. Etre passionnée et audacieuse ne suffit pas à élaborer un vin, il faut s’entourer de professionnel dont c’est le métier. C’est pourquoi il y a dix ans, nous nous sommes fait accompagner d’un producteur de la Côte des Bars. Comme beaucoup de grandes maisons, nous ne sommes pas propriétaire de vigne et achetons notre raisin mais uniquement au vigneron avec lequel nous travaillons. Avec son expertise, nous dégustons, assemblons et élaborons ensemble nos cuvées pour faire des Champagnes aboutis et d’une grande finesse.

logo-charles-legend

I.F : D’où vient ce nom Charles Legend ?

V .C : C’est la Légende d’un nom…Charles Legend est un clin d’œil à l’influence de Charles II d’Angleterre et des Anglais sur le Champagne. Charles II, exilé en France, tomba amoureux des vins tranquilles de Champagne et fît importer des fûts à Londres lors de son retour au trône d’Angleterre en 1660. Les Anglais qui avaient la culture des bulles (bière, cidre…), des bouchons de liège et des bouteilles plus résistantes qu’en France, développèrent alors les premières prises de mousse dans le vin de Champagne, en y ajoutant notamment du sucre provenant de leurs colonies aux Caraïbes. Le succès fût tel, qu’il se propagea dans toutes les cours européennes. Pour satisfaire cette demande croissante, les Champenois se mirent alors à travailler les bulles. C’est l’arrêté Royal du 25 mai 1728 sous Louis XV qui lança définitivement le développement des Grands Vins de Champagne avec bulles puisqu’il autorisait le transport du Champagne en bouteille.

crédit photo: CIVC Epernay

Toutes les infos sur www.charleslegend.com
Vendu 37e en ligne sur http://www.avenuedesvins.fr/champagne-charles-legend

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here